ladepecheVoilà le genre de match où on n’a pas le temps de bâiller. Juste le temps de séparer le bon grain de l’ivraie, de battre le blé sur l’aire et de brasser la pâte du combat et les Loups étaient dans la bergerie, pour un essai signé Loïc Taurin, décalé par Mark Tupuola, lançant là la saison.

Avec ces instincts grégaires qui poussent au rassemblement, à la solidarité, les Illois allaient grandir au fil des minutes, face à des Aveyronnais souvent à la faute. « Ce qui nous a perdus, c’est la discipline, concédait l’ouvreur des Loups Yann Rodriguez. Ille est une équipe solide. On le savait ». Le premier coup d’estoc était porté par Hugo Cordoba, qui décalait Kévin Bénet côté gauche. D’un rebond hélicoïdal, Sylvain Cordoba mettait dans la cible. Repris au lasso, les Aveyronnais ne pouvaient rien face à un Renaud Lapierre extatique, qui mettait le gyrophare et le deux-tons sur le flanc gauche. Face à autant d’audace, les Loups sortaient de leur tanière pour venir ferrailler côté droit, où Yacine Alghannoufi blackboulait la pourtant solide défense illoise. Mi-temps 18-12.

« On est en reconstruction »
Adossés au vent, s’appuyant sur un précieux Amine Miloudi et un étincelant Renaud Lapierre, les Maraîchers allaient punir les Aveyronnais. Renaud Lapierre, jouait au pied pour lui-même le long du bord de touche. Amine Miloudi passait en finesse sur le côté droit. Les Aveyronnais restaient dans le match sur un essai au ras du talonneur Gabriel Bouscayrol (28-16). Un espoir vite battu en brèche par un coup d’éclat de Clément Tène, décalé par Renaud Lapierre. Les Maraîchers s’appuyant sur une défense tenace comme l’odeur d’un cigare, enfumaient une dernière fois les Aveyronnais, sur un coup d’éclat de Renaud Lapierre qui s’esbignait côté droit et venait retrouver dans l’axe Victor Capillaire, qui finissait le travail (40-16). Lourd pour Villefranche : « On est en reconstruction. On ne s’emballe pas, la saison sera longue », soulignait le coprésident Sébastien Marty. Tout bénéfice pour Ille : « On était un peu dans l’inconnu. On a été présent en attaque et notre défense a été performante. On a gardé le rythme pendant 70 minutes », retenait le coentraîneur illois Pascal Jampy.

o. a.

https://content2.milibris.com/access/html5-reader/70418259-4f90-40bc-b0d4-8bcd38f9a2cc/resources/1c9e0821-85b3-4ec6-8dcb-481a2e7efd2f.jpg

le coprésident Villefranchois, Sébastien Marty