ladepecheTout auréolé de son titre de champion de France élite 2017, Villefranche XIII Aveyron savoure à pleines dents son bonheur d’avoir accédé à la consécration suprême.

Après les titres de champion de France de 1962 (fédérale), de 1992 (groupe B), de 1999 (DNA) et de 2009 (DN1) en seniors, mais aussi ceux en juniors de 1984 (juniors B) et de 2016 (juniors nationaux), le titre de 2017 s’inscrit dans cette continuité de formation cultivée par le club.

Après la victoire des juniors de Christian Lautrette la saison passée en juniors nationaux, nombre de ceux-ci ont fait leurs premières gammes au sein de l’élite 2, certains en sont devenus des incontournables. Et cette porosité entre la formation élite 2 et DN 2 a été de tous les instants, de quoi favoriser un échange fructueux et formateur. De plus, l’implication de tous les joueurs seniors auprès des jeunes licenciés de l’école des jeunes a créé un sacré climat de complicité : il suffisait de voir les jeunes Loups partager la joie du titre avec leurs aînés, de voir la communion qui existait entre eux pour comprendre que ce titre était celui des seniors mais aussi de tous les licenciés du club.

Côté spectateurs, la ferveur était là, la distance n’avait pas fait peur aux supporteurs, ils étaient au moins 400 à encourager les « bleu et rouge ». D’ailleurs, « la bataille des tribunes » a rapidement tourné à l’avantage des Villefranchois jusqu’à ce que certains emportés par leur enthousiasme semblaient oublier que le match se déroulait à Narbonne ! Là aussi, cette proximité avec les supporteurs est sûrement une des raisons de cette soif de titre affichée par les joueurs. À l’entrée sur le terrain, les visages villefranchois affichaient une volonté qui ne permettait aucun doute. C’est très rapidement qu’emmenés par leur capitaine Dintilhac, les joueurs se sont tournés vers leurs supporteurs pour leur signifier qu’ils étaient prêts. Et c’est dans tous ces signes que chacun a compris que le titre de champions de France ne pouvait qu’être villefranchois.