ladepecheEn recevant Villegailhenc-Aragon XIII, les Loups avaient un double objectif : gagner et prendre des points nécessaires à l'accession aux deux premières places. Mais dans cette course aux points, l'adversaire du jour entendait bien s'immiscer également. En s'imposant par 46 à 28, les Villefranchois ont atteint leur but. Après un début de match assez difficile, les locaux ont parfaitement redressé la barre. Dominateurs, ils ont imposé leur manière de jouer et développer de beaux mouvements. À plusieurs reprises, ils n'ont pas hésité à relancer de leurs 20 mètres pour enclencher des attaques sur tout le terrain. Face à eux, les réservistes carcassonnais sont rentrés dans la rencontre plus facilement, aussi le côté gauche de leur attaque a semé dès l'entame la panique dans la défense villefranchoise. La récompense est arrivée dès la 6e minute. Mais au bout d'un quart d'heure de jeu, la puissance locale a mis à mal la résistance audoise. Ensuite, pour les protégés de Yannick Buttignol, le déroulement de la première mi-temps a permis de faire monter le tableau d'affichage avec pas moins de 5 essais.

En seconde période, durant les 20 premières minutes, même scénario, 3 essais locaux qui mettent le VARL hors de portée. Menant par 44 à 12, les Villefranchois ont su se mettre à l'abri. Mais comme le disait Yannick Buttignol au coup de sifflet final, «notre propre adversaire, c'est nous-mêmes». Durant les dernières 20 minutes, les Aveyronnais ont laissé l'initiative aux visiteurs. Ceux-ci ont profité de l'aubaine et avec des joueurs comme Pelo, Anderson ou Mazars, il ne faut pas laisser beaucoup d'espace. Au final, ce sont 3 essais qui ont été encaissés par les Loups. Il est certain qu'avec plus de rigueur, l'addition aurait été plus lourde pour les joueurs du VARL.
À l'heure du bilan, l'objectif est atteint, les trois points de la victoire sont là. Place maintenant à la finale du Challenge, le dimanche 23, à Toulouse, puis à la réception de Montpellier, le 6 mai, pour être dans le Top 2.

La Dépêche du Midi

https://static.ladepeche.fr/content/media/image/zoom/2017/04/19/201704191272-full.jpg

Bernard Grégorius à la relance./Photo DDM