No result...

Gratuit ! Les infos du club par sms

Qui est en ligne ?

Nous avons 236 invités et aucun membre en ligne

Anniversaires

demain
dans 2 jours
dans 8 jours

Liens directs

Forum Rugby XIII
Rugby XIII - Le forum le plus populaire !
FFR XIII
Le site de la fédération
Dragons Catalans
Le site du club de Superleague
Toulouse XIII
Le club français en Championship

Suivez nous sur...

Meilleurs marqueurs Championnat Elite II

Edition du 08/10/09

RUGBY A XIII. Avec son équipe des New York Knights, Guillaume Cieutat a conquis à la fin du mois d'août le titre de champion des USA devenant ainsi le meilleur coach du continent. Un titre qui devrait en appeler d'autres tant à XIII qu'à XV. Car l'ancien deuxième ligne des Loups entraîne aussi les Old Blue XV. Une brillante carrière est promise à celui dont les Américains amateurs de ballon ovale parlent de plus en plus...

Un Loup règne sur le XIII Américain ! Guillaume Cieutat qui fut un sacré deuxième ligne de l'équipe des Loups championne de .France en 1999 est en effet depuis le 29 août dernier, champion des États-Unis de rugby à XIII avec les NewYork Knights. En Français, les chevaliers.

 

Ceux qui le connaissent le savent, Guillaume à le XIII dans la peau. « Ce sport m'a pris beaucoup de temps, c'est ma vie» n'hésite d'ailleurs pas à reconnaître ce grand gaillard à la carrure aussi large que le sourire est franc. Alors, lorsqu'il s'est retrouvé à Greenwitch Village sans la fameuse carte verte qui l'aurait autorisé à travailler, il a tout naturellement tapé rugby à XIII sur son ordinateur portable pour voir ce que Google pouvait bien lui raconter...

Bingo ! Aux États-Unis où vivent de nombreux Australiens, le XIII existe bel et bien. "Du Massachusetts à la Floride. Depuis 2000, les clubs se structurent de plus en plus. Un championnat les regroupe et il y aura très bientôt une ligue professionnelle» explique-t-il.

Contact pris, Guillaume fait des offres de service. «Si je peux vous aider...» dit-il aux dirigeants des Knights. Mais Guillaume n'a plus vraiment envie de jouer, préférant s'essayer au coaching. Il secondera donc l'entraîneur Australien de l'équipe. Et ça se passe plutôt bien car l'année d'après, pour la saison 2007. le voila coach à part entière. « Ce fut difficile... " concède volontiers le Loup devenu Américain qui, pour structurer l'équipe, fait venir deux de ses vieux copains. Olivier Pramil et Olivier Janzac. L'équipe, qui progresse, jouera les play-off.

Guillaume aussi progresse car le garçon est persévérant. Il veut devenir coach et travaille beaucoup : le travail, tous les Américains vous le diront, ça finit par payer ! Le nom de Guillaume Cieutat, le petit frenchie de Greenwitch Village commence à être connu dans le milieu de l'ovale. Tellement qu'un club de XV, le Old Blue, le contacte pour lui confier l'entraînement de son équipe.

«C'est possible car les deux saisons sont distinctes » explique Guillaume qui voit dans cette proposition une formidable opportunité d'enrichir... son équipe de XIII ! Car aux États-Unis, si le XIII débute une carrière prometteuse, le XV, pratiqué à l'université, est connu et plutôt riche. Chez les Old Blue, où instrumente pourtant l'ancien coach de l'équipe nationale Américaine de XV le garçon se fera remarquer au point de prendre seul les rênes d'une équipe qu'il conduit jusqu'au quart de finale. Un résultat prometteur pour la nouvelle saison qui débutera dans quelques semaines, et qui lui vaut d'être contacté par L'Irlandais Sullivan, actuel coach des Yankees à XV. Pas mal pour une entrée en matière...

Mais c'est à XIII que l'histoire se poursuit. Guillaume Cieutat, rusé comme le Loup qu'il fut, arrive à convaincre une grosse poignée de quinzistes universitaires de rejoindre ses Chevaliers treizistes. Joli coup car l'équipe, ainsi renforcée.se qualifie pour les play-off à la finale contre Jacksonville.

C'était le 29 août dernier et à l'issue d'un match qualifié d'engagé, le titre est dans la poche des Chevaliers et de leur entraineur Aveyronnais ! Historique d'autant que pour la première fois au pays du super bowl, la finale de XIII est retransmise en direct sur une chaîne de télé. « Ce fut une formidable expérience humaine" glisse-t-il. A l'évidence très heureux de ses retrouvailles américaines avec ce sport qui représente « toute [ma] vie... »

Mais une expérience qui ne va pas s'arrêter là. Guillaume confesse beaucoup travailler. Comme il ne lâchait rien dans la cage aux loups, il ne lâchera pas cette passion du coaching qu'il s'est découverte au fil des semaines. Avec un secret, le même que lorsqu'il était lui-même sur les terrains: « soit fidèle à ce que tu es, à ce que tu as toujours ét, à ta façon de voir les choses... »

Et voila comment un Loup est devenu champion du XIII Américain...?

UN VISA DE FIANCÉ POUR RETROUVER ERICA... !

Guillaume Cieutat, 34 ans aujourd'hui, épousera dans quelques mois, en Floride, la délicieuse Erica, brune Américaine rencontrée lors d'un voyage touristique, « avec des potes », en 2004. Diplômé de droit, titulaire d'une licence de l'éducation, Guillaume travaillera deux ans à l’Oustal, effectuant par amour de fréquents allers-retours aux États-Unis, Erica effectuant les mêmes dans l'autre sens et pour la même raison... C'est en 2006, riche d'un visa de fiancé, ça ne s'invente pas, que les Américains l'autorisent à poser ses deux valises à New York où Erica réussit plutôt bien dans le design industriel. Guillaume reconnaît avoir vécu ce qu'il nomme le choc des cultures ! « J'ai quitté le confort total pour la compétition permanente et un autre Anglais, l'Anglais professionnel que je ne connaissais pas du tout... »

Mais l'homme aime les challenges et finalement, la mentalité américaine lui va assez bien : " On apprend l'humilité, pas l'arrogance... " Refusant les jobs traditionnellement proposes aux Français, la restauration par exemple, le voila dans un laboratoire pharmaceutique, puis, depuis 2007, dans un cabinet d'avocat international sur la prestigieuse 5e Avenue ! "Je me sens complètement Américain" confesse-t-il aujourd'hui, mais rajoutant aussitôt :" et parfaitement Aveyronnais !". L'explication est simple : " Deux ou trois fois par an. il faut que je vienne. J'en ai besoin...Je ne l'ai jamais autant apprécié que depuis que j'en suis parti. C'est chez moi, j'y respire... Entre ma vie au 26e étage de ma tour et l'Aveyron, c'est le grand écart. Mais c'est mon équilibre. Quand je sature, il faut que je rentre à la maison. J'en reviens toujours gonflé à bloc» lâche-t-il. La maison, c'est celle de Jacqueline, sa maman restée à Villefranche. Une maison que partage désormais Erica, grande amatrice d'aligot-saucisse qu'elle déguste " sans folklore ". Mais " la maison ", ce sont aussi ses potes de Villefranche XIII avec lesquels il s'entraîne à chaque occasion, et d'autres. C'est aussi son père, Jean-Pierre, le maire de Vailhourles, ou son frère, Benjamin, architecte à Paris. La maison, c'est enfin Villefranche. " J'étais là pour la St Jean... J'étais heureux" lâche, comme un gamin, le loup qui règne sur le XIII Américain.